La lecture non laïque de l'article 180 du Code Civil

Publié le par citoyen élenthere

Art 180 du CC: Le mariage qui a été contracté sans le consentement libre des deux époux, ou de l'un d'eux, ne peut être attaqué que par les époux, ou par celui des deux dont le consentement n'a pas été libre, ou par le ministère public. L'exercice d'une contrainte sur les époux ou l'un d'eux, y compris par crainte révérencielle envers un ascendant, constitue un cas de nullité du mariage.

S'il y a eu erreur dans la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l'autre époux peut demander la nullité du mariage.

La virginité est une qualité essentielle dixit le TGI de Lille. Ne pas caricaturer Mahomet, ne pas manger du porc, porter le voile sont aussi de réelles qualités.

Qu'on ne se trompe pas, l'article 180 n'est pas à jeter. Il tend à protèger les jeunes femmes des mariages forcés.

Sur cette décision de justice, les critiques se font entendre de plus en plus. J'en attends une, peut-être en vain, celle du conseil français du culte musulman.   
 

Commenter cet article