Discours de la servitude volontaire

Publié le par citoyen éleuthere

La Boetie, ami de Montaigne, est décédé jeune il y a 450 ans. Doué et érudit, à seulement 18 ans, il écrit son Discours de  la servitude volontaire. Au-delà des illustrations largement empruntées à la Gréce Antique, - en pouvait-il être autrement compte tenu de la pauvreté des avancées intellectuelles et scientifiques du Moyen Age?- le texte s'apprécie avec une grille de lecture contemporaine.

 

On pourrait s'amuser à trouver dans l'extrait suivant, une parenté avec le voile d'ignorance de Rawls

si par hasard il naissait aujourd’hui quelques gens tout neufs, ni accoutumés à la sujétion, ni affriandés à la liberté, ignorant jusqu’au nom de l’une et de l’autre, et qu’on leur proposât d’être sujets ou de vivre libres, quel serait leur choix ? Sans aucun doute, ils préféreraient de beaucoup obéir à la seule raison que de servir un homme

 

Quant à sa défense de la liberté et de la vertu, il y a des accents d'impératifs catégoriques

La liberté est donc naturelle ; c’est pourquoi, à mon avis, nous ne sommes pas seulement nés avec elle, mais aussi avec la passion de la défendre.

 

Apprenons donc ; apprenons à bien faire. Levons les yeux vers le ciel pour notre honneur ou pour l’amour de la vertu, mieux encore pour ceux du Dieu tout-puissant, fidèle témoin de nos actes et juge de nos fautes.

 

 

Ce texte libéral qui ne prône pas le soulevement mais une défiance envers toute autorité Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres. Je ne vous demande pas de le pousser, de l’ébranler, mais seulement de ne plus le soutenir, et vous le verrez, tel un grand colosse dont on a brisé la base, fondre sous son poids et se rompre, pointe la lacheté des hommes-serfs et cette tendance collective à l'acceptation à la tyrannie.

 

Le texte est à (re)découvrir ici

www.singulier.eu/textes/reference/texte/pdf/servitude.pdf

 

Combien d'adolescents de 18 ans aujourd'hui seraient capables d'avoir un tel recul et de produire un tel discours?

Publié dans Laicité-liberté

Commenter cet article