La reconnaissance des langues régionales: Niaproun, abbastenza

Publié le par citoyen éleuthere

Belote, rebelote....Tant que les parlementaires, jusqu'à présent représentants du peuple français, n'auront pas accédé à cette vieille lune des bobos  à savoir la reconnaissance des langues régionales, les cons nés quelque part de Montcuq ou d'ailleurs nous serviront ce plat inutile et rétrograde

La dernière tentative datait de 2008 http://doleances.over-blog.com/article-20566238.html et on remet le couvert cette semaine à l'Assemblée nationale.

 

http://www.ladepeche.fr/article/2014/01/22/1800592-les-langues-regionales-a-l-epreuve-de-l-assemblee.html

 

La médiocrité et l'ignorance gouvernant, remettre ce débat  à l'ordre du jour l'année du centenaire de la guerre de 14 est à souligner. Ce sont dans les tranchées que des français du Nord, du Sud, de l'Est et de l'Outre-Mer se sont retrouvés pour la première fois et ont pu fraterniser parce qu'il parlait la même langue.

La lingua nostre est le français et c'est constitutionnel !

 

D'autres pourront souligner qu'il y a quelques semaines on évoquait la baisse du niveau des écoliers français en matière de grammère et d'ortograf ou même la levée de boucliers suite à l'évocation d'introduire les langues des immigrés dans l'enseignement. 

La langue française n'est pas maîtrisée et on veut faire caguer avec les patois.

 

Enfin, la défense absolue de la langue française et d'une instruction publique nationale comme socle de la République n'est pas contradictoire à un souhait d'une décentralisation plus grande, d'une réduction du centralisme parisien qui nous abreuve de normes inefficaces. Pliez votre PQR et ôtez vos bonnets...

 

Billet de mauvais humeur rédigé en écoutant Telenn gwad. 

 

 

Commenter cet article