L'attitude du gouvernement favorise certains emplois

Publié le par citoyen élenthere

La tendance pipoliste de certains ministres et secrétaires d'Etat avaient boosté la presse favorite des salles d'attente des capilliculteurs. Mais un autre secteur profite du comportement peu rigoureux des représentants de l'Etat: les cabinets d'expertise fiscale.

Au lieu de simplifier la fiscalité (ce que souhaitaient certains ministres de l'économie dans les années Chirac), depuis un an on cumule deux travers: la mise en place d'usines à gaz (voir le calcul des heures supplémentaires) et la création de taxes (taxe sur le poisson, taxe sur les opérateurs mobiles, taxe sur les mutuelles...).

La dernière idée: celle de Borloo avec son bonus-malus sur des équipements électro-ménagers. Au nom de l'environnement, cette taxe serait une mesure pour influer sur le comportement du consommateur. Louable ; encore faudrait-il expliquer l'articulation avec une autre taxe, mise en place il y a à peine deux ans  (et dont on ne connait pas l'efficacité) sur ces mêmes produits: l'éco participation. Des produits doublement taxés, pour d'autres une taxe annihilant l'effet de la première ?

En attendant que Seguin et sa Cour des Comptes épinglent ces errements, les cabinets experts en matière  fiscale voient leur plan de charge augmenter tout en espérant secrétement une législation plus cohérente.




Commenter cet article