Elus locaux, révoltez-vous !

Publié le par citoyen élenthere

" L'Etat vous ment, l'Etat nous spolie! " , on dirait du Gluckstein.

Comme chaque année, et ça fait 90 ans que ça dure, les maires se réunissent à Paris et immanquablement les représentants de l'Etat (le ministre de tutelle et deux ou trois autres membres du gourvernement (parfois même le premier ministre)) font des discours flagorneurs à l'attention des élus locaux. "Votre mission est ardue mais le résultat est magnifique, vous oeuvrez pour la démocratie de proximité, vous êtes un maillon essentiel de la République ... " émouvant, non ?

Le reste de l'année,  l'Etat (via Bercy et cie) arnaque les élus locaux par deux biais:

1)  transfert en bonne et due forme de compétences avec des moyens financiers qui ne sont pas à la hauteur. Certains départements viennent de récupérer des routes pourries, avec une aide financière insuffisante (à tel point que des élus ont fait un bras de fer avec l'Etat pour lui arracher une partie des amendes de radar automatique). Le transfert du personnel TOS aux régions, comme l'ont été auparavant les transferts de la prestation dépendance ou le RMI se font toujours au bénéfice des intérêts de ... l'Etat. Ce dernier a osé quand même transférer une partie de la TIPP, une recette qui évolue .. négativement !

2) Mais l'Etat fait plus fort. Il incite ses services à se décharger sur les services des collectivités, et là ça ne lui coûte rien. 
Exemples en vrac: le renforcement des missions des polices municipales, le développement des activités périscolaires, la gestion des passeports, le recouvrement des fonds publics... sont autant de cas où gendarmerie, police, éducation nationale, préfecture, trésor public se sont délestés sur les collectivités.

Tout ceci se traduit pour la majorité invisible sur la feuille d'impôts locaux. Après les régions et les départements ces dernières années, les communes seront contraintes, du fait de l'attitude de l'Etat, d'augmenter sans doute les impôts en 2009. 

Face à cette hausse de nos impôts (et donc de la baisse de notre pouvoir d'achat) organisée par l'Etat, ce dernier est d'un cynisme absolu en répétant à l'envi aux élus qu'au nom du principe constitutionnel de la libre adminsitration des collectivités, vous, élus, devez prendre vos responsabilités. Sous entendu: si vous augmentez les impôts, c'est votre faute !

Et simultanément, comme l'Etat baisse ses propres impôts, il communique sur sa bonne gestion! Or, ceci est factice. On a déjà évoqué la mauvaise gestion du budget de l'Etat, et le présent exemple de ses relations avec les collectivités montre que l'Etat est un truqueur et que la baisse de ses effectifs (et donc de ses dépenses) est juste liée à la baisse de ses missions!

Enfin, il faut rappeler que tous les foyers payent la hausse des impôts locaux, mais seuls 50% des foyers bénéficient de la baisse de l'impôt sur le revenu (et 10% des cadeaux fiscaux) . Ce transfert de charges renforce aussi les inégalités!

----
Origine des prélévements (source association des maires de France)

En % de PIB

2005

2006

2007

Etat

16,2 %

15,0 %

14,6 %

ODAC (1)

0,9 %

0,9 %

1,0 %

APUL (2)

5,6 %

5,7 %

5,7 %

ASSO (3)

21,1 %

22,2 %

22,2 %

Union européenne

0,3 %

0,3 %

0,3 %

Total

44,1 %

44,1 %

43,8 %

 

 (1) organismes divers d’administration centrale

(2) administrations publiques locales

(3) administrations de sécurité sociale


Commenter cet article