"L'indépendance de la presse écrite en danger"

Publié le par citoyen élenthere

Horreur! depuis 2 jours les salariés du journal économique "les échos" sont en grève. Ils dénoncent le rachat de leur journal par  LVMH dont l'actionnaire principal est le richissime Beranrd Arnault. Ce rachat est un coup terrible porté à l'indépendance de la presse écrite, selon les grévistes.

Cette action est cocasse: ils vivent chaque jour grâce au capitalisme le plus féroce: OPA, délocalisation, licenciement, plus value boursière sont autant de thémes quotidiennement abordés par "les échos". Ils ont prospéré grâce au système (via la pub des grands groupes) et hurlent maintenant contre celui-ci car un autre acteur (LVMH) les rachète. Les règles du marché capitaliste s'appliquent à tous même à la presse.
 
Pour donner corps à leur grogne, ils usent de l'indépendance de la presse. A part le fait qu'ils ne pourront plus critiquer LVMH, et qu'il sera malvenu d'encenser Pinault et L'oreal, ennemi et concurrent de Arnault, ça changera quoi ? 
L'indépendance d'un journal n'est effective que lorsque le recours à la publicité est le plus réduit possible.

Maintenant, s'ils sont si écoeurés, ils n'ont qu'à candidater à Alternatives économiques. Ils pourront s'agacer des méfaits et des injustices que produisent le système ulta-libéral. Mais au fait pourquoi, les éditos des Echos n'ont jamais vilipendé les plans sociaux ou les délocalisations des grands groupes (EADS, Alcatel...) ?

Mais comme toutes les histoires finissent bien, Les échos reparaitra demain. Ouf !

Commenter cet article

ce 12/02/2008 21:12

Demain (13 février) , "les échos" sera absent des kiosquesCE